Chapitre 5 – Arrivée à Château-Brillant

Grey

Il avait fallu débattre plusieurs minutes de l’attitude à adopter.

Grey avait à peu près immédiatement rejoint l’avis de son maitre veneur, qui insistait pour qu’on parte sans perdre un instant, mais la septa et le maître d’armes avaient refusé de quitter les lieux en abandonnant les corps aux bêtes sauvages. Grey avait eu beau souligner le risque qu’un second groupe de soldats les découvre et les agresse, Ser Mickolas s’était entêté à considérer comme un point d’honneur d’enterrer ces deux ennemis selon les rites.

Grey avait fini par se ranger à cet avis, non par égard pour les défunts, mais par précaution : voisins des Wight, les Armrod seraient nécessairement présents au tournoi, et la nouvelle de la découverte de deux cadavres de chevaliers à l’épervier pourrait bien y causer du grabuge si elle atteignait Château-Brillant. Il avait alors imposé qu’on rassemble les cadavres sur la rive est du ruisseau, afin qu’on puisse plaider que l’attaque avait eu lieu hors du fief des Armrod, en cas de besoin.

Mickolas avait prêté main forte à Edoyn pour creuser la terre avec leurs moyens de fortune, car ils n’avaient naturellement pas prévu d’emporter de pelle dans leurs paquetages. Grey pour sa part, s’était mis à scruter nerveusement l’orée des bois, s’attendant à chaque instant à en voir surgir une troupe de cavaliers aux tabards noirs.

Mais personne n’était finalement apparu, et la septa avait pu conduire un court rituel pour recommander les défunts à l’Etranger devant le petit monticule de terre où ils avaient planté leurs deux épées. C’était plus que ces deux-là ne méritaient aux yeux de Grey, qui s’étaient jetés à leur gorge sans chercher à savoir qui ils étaient, et qui n’avaient même pas réussi à profiter de l’avantage de la surprise pour défaire leurs adversaires. De bien piètres protecteurs du territoire, en vérité !

Cette parenthèse désagréable refermée, le groupe avait pu reprendre la route, et ils se trouvaient à présent en vue de la forteresse des Wight.

Voilà un bâtiment qui méritait bien son nom : tout de pierre blanche polie, Château-brillant s’animait de scintillements infimes là où le baignaient les rayons du soleil. L’effet ne se voyait pour l’heure que sur les créneaux et les tours, car le pied des murailles était dans l’ombre d’un vaste campement de tentes dressé là par les visiteurs venus en trop grand nombre pour pouvoir tous résider dans le château proprement dit.

Des étendards flottaient au-dessus de pavillons de tailles diverses, et Grey s’essaya à les nommer tous tandis qu’ils s’en approchaient : Royce, Corbray, Vanbois… Il y avait même quatre pavillons arborant l’aigle rouge de la maison Palamede, qui n’était guère plus renommée que la maison Archelon pourtant.

Grey s’étonna de trouver tant de blasons qu’il ne reconnaissait que difficilement. Etaient-ce bien les couleurs de la maison Vaudru, du Conflans voisin ? Les Fingal, du Nord ? La chimère noire des Sewell, des Terres de l’Orage ?

Le nouveau Lord avait-il donc étendu ses invitations à tout le royaume ?

C’est perdu dans sa perplexité que le jeune homme pénétra dans la cour du château à la tête de sa courte délégation. N’allaient-ils pas paraître ridicules à se présenter ainsi, en nombre si modeste devant une audience venue de toutes les Sept Couronnes ? Son père s’était-il trompé sur l’enjeu de ce tournoi ?

Il fut tenté l’espace d’un instant de faire tourner sa monture pour quitter les lieux.

Comme s’il avait pressenti son hésitation, son maître d’armes se porta aussitôt à sa hauteur, le rassérénant par la seule force de sa présence. S’empêchant de tourner la tête dans sa direction, pour ne pas lui confirmer son état d’esprit, Grey affecta une indifférence parfaitement feinte.

Sa capacité à reprendre ainsi le contrôle sur l’expression de ses émotions lui rappela cette supériorité qui était sienne, et lui fit regagner instantanément sa confiance en lui-même : oui, il serait de taille pour affronter la situation, quelle qu’elle soit, et même si elle devait s’avérer très différente de ce qu’il avait anticipé.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :